Ailes Anciennes de Haute-Savoie

Association de restauration, de préservation et de présentation au public de matériel aéronautique. Déclarée d'intéret général. SIRET 789 964 152 00019
Lors d'une séance du BIA, à la salle Leman, d'Excenevex (Haute-Savoie).

Lors d’une séance du BIA, à la salle Leman, d’Excenevex (Haute-Savoie).

Des séances intensives et exceptionnelles au BIA sont organisées à Excenevex, salle du Léman, dans le but de permettre pour ceux qui le désirent de se présenter dans de bonnes conditions à l’examen du 30 septembre.

Voici le planning des cinq cours que nous assurons, avant l’examen du 30 septembre prochain, soit samedi 29 août et les samedis 5, 12, 19 et 26 septembre, de 9 à 13 heures.

S1 – 29/08 – Navigation et Réglementation. – Jacques
S2 – 05/09 – Navigation et Réglementation. – Jacques
S3 – 12/09 – Histoire aéronautique – Gérard
S4 – 19/09 – Histoire aéronautique – Gérard
S5 – 26/09 – Test et Révision – Jacques – Jean-Michel – Vincent et Gérard

Dans tous les cas, il vous sera possible de vous présenter à la session de fin mai 2021. Afin de respecter la réglementation sanitaire en vigueur, le port du masque sera obligatoire et nous vous fournirons du gel hydroalcoolique.

FacebookEmailBookmark/FavoritesBlogger PostMySpaceLinkedInAIMShare
Killyan et Gérard, lors du remontage d'une pompe du moteur de 18 cylindres Wright R-3350 "Cylcone", le 6 juin.

Killyan et Gérard, lors du remontage d’une pompe du moteur de 18 cylindres Wright R-3350 “Cylcone”, le 6 juin.

Vêtu de son bleu de travail, Killyan, 18 ans, est en passe de terminer son après-midi aux Ailes anciennes de Haute-Savoie. Cet ancien élève des cours de BIA dispensés par l’association travaille, quand il n’étudie pas les mathématiques, sur la restauration du moteur de 18 cylindres Wright R-3350 “Cylcone”. Samedi 6 juin, il s’agissait pour ce jeune thononais de remonter une pompe sur le moteur à double étoile. “Avant de la sabler, je l’ai dégraissée, car s’il y a encore de la graisse, au sablage, le sable risquait de rebondir”, explique-t-il.

Killyan termine sa première année en prépa MPSI (mathématiques, physique et sciences de l’ingénieur) à Chambéry, en Savoie. Puis, il suivra une seconde année en MP (maths-physique). Son objectif : entrer à l’Ecole de l’air de Salon-de-Provence ou à l’Estaca (École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile). Ayant conscience que le chemin sera difficile, il a préféré mettre d’emblée la barre haute. “Mon idée est de commencer par le plus dur, puis si je n’y arrive pas, de descendre de niveau en passant d’autres concours, mais toujours pour faire une carrière dans l’aéronautique, et de préférence militaire, que ce soit l’armée de l’air, l’aéronavale ou l’Alat”, projette notre jeune bénévole titulaire d’un bac S.

FacebookEmailBookmark/FavoritesBlogger PostMySpaceLinkedInAIMShare
A Excenevex, samedi 6 juin.

A Excenevex, samedi 6 juin.

Les mécaniciens de l’Elément air rattaché (EAR 279) de Châteaudun (Eure-et-Loir) peuvent tirer un coup de chapeau aux trois bénévoles des Ailes anciennes de Haute-Savoie, qui ont réussi, jeudi 4 juin, en l’espace d’une journée, à remonter la voilure du Mirage F1-CT n°220, avec, dirons-nous, seulement trois bouts de ficelle. Car sans outillage spécifique, ce n’était pas gagné. “Le plus difficile, c’était d’aligner les ailes sur les axes de voilure”, évoque Eric Pervé, le président et fondateur de l’association.

Equipés d’un chariot élévateur, de quelques longues planches et de tréteaux de maçon, Eric, Gérald et Steve en sont venus à bout, et à 18h30, le 220 retrouvait ses ailes solidement fixées à leur emplanture. Première sueur froide, le moment où il a fallu “trouver le point d’équilibre pour soulever l’aile avec le chariot élévateur, raconte Gérald. Afin de la placer dans la bonne position pour la présenter au fuselage”.

Pour Gérald, l’aile droite était plus difficile à monter que la gauche, comme il a pu le constater en décembre 2019 à Châteaudun, lors du démontage des ailes du Mirage. “Le problème des axes, c’est qu’avec un dixième de millimètre d’écart, on ne peut pas mettre les fourreaux, d’autant plus qu’ils ne sont pas chanfreinés”, explique-t-il. Mais pourquoi la droite ? “Je pense que les ajustements sont beaucoup plus serrés au niveau des axes de l’aile droite, laquelle sort et rentre plus difficilement que la gauche”, justifie-t-il, avant de conclure : “Nous avons passé plus de temps sur l’aile droite, puis ça s’est beaucoup mieux passé avec la gauche.” Quant aux tréteaux et aux planches, “c’était au cas où une élingue ne vienne à se rompre”.

Le Mirage F1-CT n°220, sous le hangar des Ailes anciennes de Haute-Savoie, samedi 6 juin.

Le Mirage F1-CT n°220, sous le hangar des Ailes anciennes de Haute-Savoie, samedi 6 juin.

L’opération fut tout de même délicate, sachant qu’un plan pèse un peu plus de 700 kg. “Cela n’a pas été évident, et nous avons effectué pas mal de manœuvres, notamment en secouant un peu l’aile pour arriver à la faire entrer”, se rappelle Gérald, entre deux bouffées de cigarette. “Il fallait que ce soit bien ajusté pour ne pas que l’attachement des ailes ne vienne se bloquer à l’intérieur du fuselage”, enchaîne Eric, alors que Steve s’active à connecter des raccords hydrauliques, perché sur le dos du chasseur de plus de 7 tonnes.

Présent à l’EAR 279 lors du démontage du F1 n°220 pour le transporter à Excenevex, Gérald se souvient que les militaires avaient utilisé “un appareil de manière à mettre le fuselage de niveau sur deux axes, avec l’aide de chandelles”. Puis, c’est avec un chariot, “sur lequel était monté un dispositif mobile en X-Y”, qui a permis de retirer l’aile “tout en la maintenant à niveau par rapport au fuselage”.

Steve et Eric (à droite) sur le dos du Mirage F1, en train de remettre une trappe de visite, samedi 6 juin.

Steve et Eric (à droite) sur le dos du Mirage F1, en train de remettre une trappe de visite, samedi 6 juin.

Pour Eric, voir le Mirage F1, ailes collées à son fuselage galbé, sous le toit de tôle ondulée renforcé d’arceaux, est la concrétisation d’un projet qui remonte déjà à 1994-1995, années de sa première demande auprès des instances militaires pour que l’association puisse accueillir un avion réformé. “Le voir là, c’est un aboutissement, confie-t-il au pied du Mirage. Nous avons rempli notre contrat. Comme quoi, on est capable de faire plein de choses avec beaucoup de volonté”, songe-t-il, les yeux pétillants d’avoir réussi cette formidable prouesse.

Steve travaille sur l’emplanture de l’aile droite, deux jours après le montage des plumes du Mirage F1-CT, samedi 6 juin à Excenevex (Haute-Savoie).

Steve travaille sur l’emplanture de l’aile droite, deux jours après le montage des plumes du Mirage F1-CT, samedi 6 juin à Excenevex (Haute-Savoie).

FacebookEmailBookmark/FavoritesBlogger PostMySpaceLinkedInAIMShare