Le 29 janvier 1910, les frères Henri et Armand Dufaux fondent la société de l’aérodrome de Viry (haute-Savoie). Tout au long de cette année, ils perfectionnent leur avion : le Dufaux-4, changeant de moteur, accumulant les expériences et les heures de vol. Ils vendent leurs premiers appareils à Paul Tournier M. Beamish.

Le 28 août 1910, Armand réussit la traversée du Lac Léman dans sa longueur de Noville à Genève avec le Dufaux-4. Il gagne un prix de cinq mille francs offert par la Société Perrot-Duval & Cie. Il s’agit du nouveau record du monde, la distance est le double de celle parcourue par Blériot sur la Manche un an auparavant. Le Conseil fédéral Suisse leur décerne un chronomètre en or.

Henri et Armand Dufaux

Henri et Armand Dufaux

En novembre 1910, Ernest Failloubaz commande un Dufaux-5 biplace qu’il essaiera le 12 janvier 1911. Il en fait une démonstration avec Armand en mai 1911 à Issy-les-Moulineaux. Les Dufaux lui cèdent alors la licence aviation, toutes les activités, les appareil en construction, les outils et les pièces…
En 1912, Henri Dufaux abandonne l’aviation. Ils vendent leurs brevets. Les deux frères s’embarquent pour les États-Unis, qu’ils visitent.
En 1913, Henri Dufaux revient à la peinture. Il s’inspire de ses nombreux voyages en Afrique et en Océanie, entrepris durant l’entre-deux-guerres. Il peindra jusqu’à son dernier jour.
De son côté, Armand Dufaux s’installe à Paris  et poursuit une riche carrière industrielle :
1915-1916 Projet du chasseur Dufaux-C1, biplan biplace, avec hélice propulsive au milieu du fuselage. Prototype testé en 1916.
1915-1917 Sur demande de Nungesser, étudie un avion-canon dans lequel les 2 moteurs placés au centre avant du fuselage laissent passer un canon à travers l’axe de I’hélice.
1916-1917 Construisit un moteur d’avion de 50cv sur le principe de celui de l’hélicoptère (1905). Moteur retenu par la Commission des Inventions. Essais et démonstrations très concluantes en 1917.
1918 Essais de l’avion-canon à Villacoublay, réceptionné par l’armée peu avant l’armistice.
Avant 1920 Construit des bobsleighs.
Années 20s Nungesser lui demande un moteur de 600cv, basé sur celui de l’hélicoptère, pour traverser l’Atlantique en mai 1927. Le ministère français n’accepte pas ce concept.
Années 30s Armand abandonne définitivement l’aviation. Il travaillera dans l’invention et la construction d’accessoires pour l’industrie automobile (inventeur de l’amortisseur téléréglable). Brillant ingénieur, il avait notamment construit un moteur en étoile de 7 cylindres placé sur le moyeu arrière d’une motocyclette mais cette invention ne fut pas diffusée (Brevet suisse No.64612 du 10.05.1913, Roue motrice pour véhicule).
Revenu à Genève en raison de la 2ème Guerre mondiale, malade, Armand Dufaux y décède à 58 ans.

Henri Dufaux passe la deuxième Guerre mondiale à Genève.
Entre 1963 et 1970 il crée un appareil pour le vol à propulsion musculaire à ailes battantes, “l’Alouette”, qui est conservé au Musée des transports de Lucerne. Il n’arrive cependant pas à son but, il faut remarquer qu’il est alors âgé de 90 ans.
En 1976, il épouse Maria Emélie Rocher, sa gouvernante antillaise depuis près 50 ans, il a alors 97 ans.
Il décède le 25 décembre 1980 à 23 heures, il a 102 ans. Il repose au cimetière du Petit-Saconnex, près de son frère.
Henri Dufaux sera le pionnier de l’air qui a vécu le plus longtemps sur terre (1913-1980) !

Récompenses :

13 mars 1931 : il reçoivent tous les deux la Légion d’honneur.
1972 : Henri Dufaux est invité à l’inauguration du pavillon de l’aviation au Musée des transports de Lucerne, aux côté de Neil Armstrong (premier homme a avoir marché sur la lune)

Henri Dufaux et Neil Armstrong en 1972 à Lucerne (photo : Musée des transports).

Henri Dufaux et Neil Armstrong en 1972 à Lucerne (photo : Musée des transports. Lucerne).

Juin 1976 : fêté au meeting aérien d’Emmen, devant 120.000 spectateurs, pour les 75 ans de l’Aéro-Club de Suisse (AéCS).
1979 : il reçoit la médaille d’honneur des vétérans de l’aviation.

La fameuse maison du 62 rue de Lausanne, qu’Henri a cédée à l’Hospice général, est démolie en 1982. En septembre 1984 le gros œuvre de la “Maison Dufaux” est terminé (9 étages), elle abritera le Centre médico-social des Pâquis dès 1985, des commerces, etc. …

Sources : Wikipedia – Mme & M Didier Mahistre – Jean-Claude Cailliez – Le Site des pionniers de l’aéronautique à Genève : Pionnair-GE

Retour aux Dossiers

FacebookEmailBookmark/FavoritesBlogger PostMySpaceLinkedInAIMShare