Voilà toute la démesure US, mais qui peut faire grincer des dents les contribuables américains :

Le programme VH-71 est une commande d’une petite trentaine d’hélicoptères destinés à succéder aux vénérables Sikorsky à bout de souffle que les Marines mettent à la disposition de la Maison Blanche. (Les fameux “Marine One” lorsque le président est à bord de l’un d’eux).

Lesdits hélicos, des Agusta Westland AW101 Italo-Anglais dûment américanisés et aménagés par Lockheed Martin, suréquipés en contre-mesures électroniques et autres parades anti-missiles, présentent la particularité de coûter… près de 500 millions de dollars pièce…!!!

…Ils ne sont pas construits en or massif mais constituent la caricature de tout le système militaro-industriel. Au fil des mois, les exigences du Pentagone ont été multipliées et compliquées à l’infini, des modifications importantes ont été demandées aux industriels alors que la configuration de l’appareil était déjà terminée et le coût de l’opération a doublé pour atteindre la coquette somme de 13 milliards de dollars. Soit près d’un demi-milliard pièce !!!….. pour comparer, à l’échelle européenne, le prix d’un hélico présidentiel voisine celui de deux Airbus A380 !!!….

8O :?

Bien sûr, dès qu’il est question du budget américain de la Défense, il convient de relativiser la moindre information en oubliant nos pauvres petits repères européens. Le Pentagone dépense 2 milliards de dollars par jour et, vus sous cet angle, les VH-71, aussi coûteux soient-ils, correspondent à moins d’une semaine de ce train de vie hors du commun…

8)

le nouveau locataire de la Maison Blanche, à peine en place, a estimé qu’il était urgent de tout annuler. Hélàs, plus de 3 milliards ont déjà été engloutis. De plus, en cas d’annulation pure et simple, le retour à la case départ laisserait le problème sans solution. Le Président Obama, qui n’est sans doute pas un grand spécialiste des voilures tournantes, aurait déclaré que les vieux Sikorsky lui conviennent parfaitement bien. L’un des industriels concernés, pour sa part, a déjà sorti de sa poche une proposition de compromis dans l’espoir de sauver les meubles: produire moitié moins d’appareils pour réduire la dépense de 50% environ. Si l’auteur de cette savante idée était français, on le soupçonnerait d’avoir fait tout à la fois : Polytechnique, l’ENA, les Arts et Métiers et une bonne école de commerce…

:)

Extrait d’un article de Pierre Sparaco – AeroMorning

Discutez-en sur nos forums, au “bar de l’escadrille”, dans la rubrique “actualité aéronautique”.

FacebookEmailBookmark/FavoritesBlogger PostMySpaceLinkedInAIMShare